Cameroun: les Journées d’Excellence de la Recherche Scientifique et de l’Innovation ouvertes

with No Comments

11/11/2015La 5e édition des JERSIC 2015 donne l’occasion aux chercheurs de débattre sur les sujets d’intérêt commun et d’exposer au grand public, les résultats de la recherche au Cameroun, du 10 au 12 novembre 2015.

Photo for: Yaoundé : les Journées d’Excellence de la Recherche Scientifique et de l’Innovation ouvertes

L’objectif est de capitaliser les inventions des chercheurs camerounais en mettant le chercheur et les résultats de ses travaux sous les feux des projecteurs. Il est également question de réfléchir sur la contribution de la recherche au développement socio-économique du Cameroun.

De nombreux produits sont exposés en l’occurrence le café camerounais transformé sur place et ses différentes vêtus, la graisse d’Autriche que l’on a découvert de nombreuses propriétés  pour le massage du corps humain.

Cette 5e édition présente deux enjeux : deux prix spéciaux du président de la République, Paul Biya. Le premier est le lion d’or de l’innovation pour encourager la jeunesse à la créativité.

Le second est le lion d’or de la recherche pour récompenser les chercheurs qui ont fait une découverte innovante pour booster la croissance économique.

Ces prix seront remis jeudi 12 novembre au cours de la grande nuit de l’excellence. Le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation, Madeleine Tchuinte a recommandé aux chercheurs de profiter de ces journées pour ouvrir le débat sur le transfert effectif du produit de leurs savoirs.

Cette année aux JERSIC, l’on a noté la participation de l’ingénieur camerounais de renom, le Dr Ernest Simo, en poste à la NASA aux Etats-Unis,  et celle d’une centaine d’exposants  venue des quatre coins du monde.

Dr Simo s’est arrêté sur la balance commerciale du Cameroun pour attirer l’attention sur le fait que « les produits exportés, dont le pétrole sont donnés par Dieu alors que les produits importés à l’exemple des médicaments sont des œuvres humaines. Ça doit interpeller les chercheurs du pays, qui doivent comprendre qu’on a davantage besoin de la valeur ajoutée ».
Source photo: www.ticmag.net

Eliane Marcelle Matsingoum 

Leave a Reply