Cameroun – Electricité : 2015-2016 moins tumultueux

with No Comments

barrage670L’étiage 2015-2016, qui devrait couvrir les mois de mars et avril prochains, s’annonce moins dommageable pour les entreprises et les ménages camerounais. Attendus d’ici au 15 décembre prochain, les premiers lâchers d’eau du barrage de Lom Pangar, qui a retenu un peu plus de 1,5 milliards de mètres cubes d’eau entre le 26 octobre et le 1er novembre derniers selon Electricity Development Corporation (EDC), vont en effet perme
ttre la régularisation des débits du fleuve Sanaga durant la saison sèche à venir. Ce qui, logiquement, va éviter au Cameroun une nouvelle crise hydraulique, comme cela a été le cas il y a quelques mois.

En effet, le pays a connu, entre avril, mai et juin derniers, une crise hydraulique aiguë, marquée par une baisse substantielle du niveau des eaux dans la plupart des barrages du pays. « S’il y avait eu Lom Pangar, soutenait le Dg d’EDC dans le magazine « Investir au Cameroun » en octobre dernier, on n’aurait pas eu cette crise ».

Alucam    

Avec l’apport théorique de 3 milliards de mètres cubes d’eau supplémentaires du barrage de Lom Pangar sur les six milliards qu’emmagasinaient les autres réservoirs, le concessionnaire du service public de l’électricité, Eneo et EDC (qui gère désormais la plupart des barrages) vont mieux manager les ressources en eau pour mieux gérer la saison sèche. « Cela va induire une conséquence immédiate sur le déficit de production généralement observé en saison sèche. Selon nos calculs, les délestages liés à la production seront réduits de près de 70% », se félicitait Théodore Nsangou fin septembre. Bien plus, des sources à Eneo annoncent la réhabilitation imminente des centrales thermiques d’Ahala, Oyomabang et Bafoussam.

Des négociations sont en cours entre Eneo et Alucam, pour que ce dernier revoie à la baisse sa production, et donc sa consommation, afin de libérer quelques mégawatts d’électricité pendant le prochain étiage. En effet, le géant local de l’aluminium consomme à lui seul 40% de l’électricité produite actuellement au Cameroun. Celle-ci tourne autour de 11o0 MW. Tout porte donc à croire que l’étiage 2015-2016 sera mieux géré, même si des contingences intervenir de temps à autre, notamment des pannes de transformateurs cela a été le cas récemment avec Oyomabang.

Leave a Reply